Une entrevue avec Heidi Stahler

Heidi Stahler est maman de trois enfants, une fille de 8 ans et deux garçons de 6 et 3 ans. Elle est aussi enseignante suppléante au secondaire, ce qui signifie essentiellement qu’elle fluctue entre les contrats d’un semestre de travail dans une école individuelle et le travail quotidien de suppléance. Ce poste d’enseignante lui a donné une incroyable opportunité à travailler avec des collègues intéressants dans plusieurs écoles, et cela lui permet également de voir les différentes salles de classe. C’est comme si elle amassait continuellement des idées et des stratégies à appliquer à sa propre pratique. Elle enseigne la littérature anglaise, l’histoire et l’éducation spéciale. Heidi et sa famille vivent juste à l’extérieur de Toronto, en Ontario. 

Quelle est l’une des parties les plus difficiles d’être enseignante et mère?

C’est un exercice d’équilibre délicat et tout un défi. Ce sont deux des plus grandes difficultés au monde parce qu’il est très difficile d’équilibrer les deux en même temps comme je le souhaiterais. J’ai trois jeunes enfants et pour moi, l’une des parties les plus difficiles est d’oublier mon rôle d’enseignante quand je rentre à la maison pour être vraiment présente avec eux pendant quelques heures après le travail et avant le coucher. Un autre défi de cette profession est qu’on ne peut tout simplement pas oublier tout ce qui se passe dans la classe. Il y a toujours des leçons à planifier, des devoirs à noter ou réfléchir à certaines situations que vivent nos  étudiants. Je dois m’imposer une discipline rigoureuse afin de faire en sorte que toutes ces tâches ou préoccupations n’empiètrent pas le temps réservé à ma famille. 

Avez-vous l’impression de faire une différence dans votre profession pendant cette pandémie?  

Honnêtement? Je ne sais pas. J’espère. Je suis dans une situation un peu unique car je suis une enseignante suppléante et j’ai choisi de travailler au jour le jour cette année pour passer plus de temps avec ma famille (au lieu d’un contrat semestriel). J’ai été techniquement licenciée lorsque la pandémie a frappé, alors j’ai essayé d’utiliser mon temps à servir de ressource aux autres parents et enseignants qui essaient encore de naviguer dans ce nouveau système d’apprentissage à distance ou en ligne.

J’ai commencé à faire des «semaines spirituelles» virtuelles avec mes enfants et j’ai partagé les thèmes quotidiens et les idées d’activités avec ma communauté de blogs personnels. Ils sont devenus un peu populaires et il y a des classes et des familles qui les utilisent partout en Amérique du Nord. Nous en sommes maintenant à la cinquième semaine et j’espère que chaque nouvelle journée spirituelle apportera un peu de plaisir et de joie aux familles et aux enseignants participants.

Pourquoi pensez-vous que les enseignants ont le taux d’épuisement professionnel le plus élevé de toutes les professions de la fonction publique? 

J’ai réfléchi à cette question. Je ne sais pas s’il est vraiment juste de comparer les emplois de la fonction publique (enlever la virgule) car ils comportent chacun un ensemble unique de défis. Je crois que chaque travail est difficile et stressant à sa manière. Cela étant dit, en regardant spécifiquement les enseignants, je pense qu’il existe un fort potentiel d’épuisement professionnel pour plusieurs raisons. Premièrement, je pense que cela a à voir avec le genre de relations que nous établissons avec les étudiants et les familles. Beaucoup de professions interagissent avec les gens au quotidien, mais nous voyons le même groupe de jeunes tous les jours pendant des mois à la fois. Nous voyons ces étudiants dans les bons jours, mais nous les voyons aussi dans leurs jours difficiles lorsqu’ils sont aux prises avec un certain nombre de problèmes et de défis auxquels font face les jeunes aujourd’hui. Je suis resté éveillée de nombreuses nuits à m’inquiéter du bien-être de mes élèves qui, je le sais, se trouvent dans des situations difficiles à la maison.

Lorsque vous travaillez avec 75 élèves à la fois, cela peut sembler accablant, d’autant plus que les soutiens sont si limités dans les écoles et les salles de classe. L’accès aux travailleurs sociaux, psychologues, orthophonistes, thérapeutes comportementaux, etc. a été réduit au fil des ans, ce qui signifie que les enseignants doivent assumer des éléments de ces rôles avec une formation limitée jusqu’à ce que les soutiens deviennent disponibles. La formation qui est disponible doit souvent se faire sur notre temps libre et à nos frais.

La dynamique au sein d’une classe donnée a également radicalement changée. Le nombre d’élèves nécessitant une programmation modifiée dans chaque classe continue d’augmenter, ce qui ajoute une autre couche à la planification et à l’évaluation. Combiné à un soutien en classe réduit de la part des aides-enseignants, il peut être stressant de trouver le temps et les moyens de fournir le soutien individuel dont tant d’élèves ont besoin. J’ai certainement eu des moments où j’ai eu l’impression d’avoir «échoué» avec un élève en difficulté. Je pense que c’est dans notre nature de toujours nous demander si nous aurions pu enseigner une leçon d’une autre manière, ou fournir des commentaires et agir plus rapidement. Je sais que j’ai vraiment eu du mal à conjuguer avec cela parce que je n’étais tout simplement pas en mesure de répartir suffisamment mon temps entre tous les élèves qui avaient besoin d’une aide supplémentaire dans les 76 minutes que j’avais avec eux chaque jour.

En plus de cela, l’éducation est en constante évolution. Toujours. Qu’il s’agisse de la refonte des cours au niveau du département ou de la mise en œuvre de nouvelles technologies ou d’initiatives des administrateurs ou du bureau du conseil, il y a toujours quelque chose de nouveau que l’on nous demande d’apprendre, de préparer et de planifier. Le temps que nous passons à naviguer dans ces nouvelles initiatives nous empêche de planifier, de préparer et de noter les cours que nous enseignons actuellement, ce qui se répercute inévitablement sur notre temps à la maison. Il n’y a qu’un nombre limité d’heures dans la journée et les exigences de notre travail continuent d’évoluer et de croître.

Enfin, je pense que de nombreux enseignants se sentent épuisés par l’attitude générale à laquelle nous sommes confrontés. Au fil des ans, j’ai appris à éviter la section des commentaires sur tout article ou fil de discussion écrit sur les enseignants. Malheureusement trop souvent, nous donnons tout à nos étudiants pour constater que nous sommes généralement perçus comme paresseux, surpayés et ne travaillant pas très fort. Il semble que nous ne sommes pas autorisés à faire des erreurs, ni même à faire des ajustements pour notre vie personnelle.

Vraiment, ce n’est pas une seule chose qui contribue à l’épuisement professionnel, c’est le poids de tous ces problèmes qui sont traités en même temps.

Quels sont les éléments à améliorer dans la vie professionnelle des enseignante)s?

Je ne suis en aucun cas un expert en la matière, mais au cours de la dernière décennie, j’ai remarqué plusieurs choses:

  • Options de développement professionnel plus individualisées ou autogérées. Très souvent, le perfectionnement professionnel dirigé par le conseil peut être vaste et moins utile aux besoins individuels d’un domaine ou d’un département.
  • Libérez du temps pour planifier avec vos collègues et développer du matériel pertinent pour notre enseignement quotidien.
  • Accroissement du soutien et de l’accès au personnel de soutien au quotidien.
  • Plus de formation lorsque de nouvelles initiatives sont introduites. Idéalement, cela se ferait pendant la période scolaire et non à nos frais.
  • Fournir plus de ressources. De nombreuses écoles n’ont tout simplement pas les fonds nécessaires pour acheter des ressources à jour ou pertinentes pour leurs classes.
  • Plus de soutien pour faire face à la violence dans les écoles. Un pourcentage très élevé d’enseignants du primaire rapportent de la violence dans leurs classes, mais n’ont pas la formation ni le personnel pour y faire face, en particulier lorsque le ratio enseignant / élève est de 1: 25+.
  • Plus de confiance. Faites-nous confiance pour utiliser notre formation, nos connaissances et notre jugement professionnel pour guider nos étudiants tout au long du processus d’apprentissage.

À votre avis, pensez-vous que la plupart des enseignant(e)s ont un bon équilibre travail-vie personnelle en général?

Honnêtement? Non, pas vraiment. Je pense que certains y arrivent et nous nous efforçons tous d’y parvenir, mais c’est un peu comme une licorne, on y rêve. Vous croyez qu’il existe et vous continuez à espérer que vous le trouverez un jour. La façon dont nos emplois sont structurés actuellement ne permet pas une grande séparation entre le travail et la vie à la maison. La réalité est que notre travail a tendance à s’imposer dans notre vie à la maison – il y a la supervision des extrascolaires par rapport à amener nos propres enfants à leurs activités ou la planification des leçons que nous n’avons pas eu assez de temps pour terminer pendant notre temps de préparation à l’école parce que nous étions occupés avec les étudiants ou d’autres tâches. Il y a presque toujours des tâches qui ne peuvent pas être terminées à l’école, ainsi que des commentaires détaillés sur les devoirs des étudiants ou simplement du questionnement tant qu’au bien-être des étudiants qui, nous le savons, éprouvent des difficultés dans leur vie familiale. Il est difficile de concilier cela avec les besoins des familles et la vie à la maison en même temps. À la fin de la journée, je pense que nous faisons tous de notre mieux même si parfois nous délaissons un de cess côtés.

Quelles stratégies avez-vous trouvées efficaces pour les enseignant(e)s qui ont du mal à équilibrer leur travail et leur vie à la maison pendant cette pandémie?

Je pense que la meilleure stratégie pour trouver un équilibre pendant cette pandémie peut se résumer en trois mots: You Do You. Chaque enseignant entre dans ce domaine avec un ensemble unique de circonstances, que ce soit dans sa propre vie à la maison ou dans celle de ses élèves. Il n’y a vraiment pas de solution unique qui fonctionnera pour tous. Je connais des enseignants qui restent éveillés jusqu’aux petites heures du matin  à chaque jour pour essayer de préparer des leçons et fournir des commentaires et des instructions à leurs élèves parce que les heures de la journée sont consacrées à essayer de naviguer à la maison pour leurs propres enfants. Certaines idées que je pourrais proposer d’essayer pourraient être:

  • Créez un horaire fixe pour vous et vos enfants qui indique quand vous travaillez et quand vous êtes disponible pour d’autres activités.
  • Définissez des «heures de bureau» spécifiques pour des cours particuliers. Ne vous sentez pas coupable de ne pas être disponible 24h/24 et 7j/7.
  • Essayez de créer un espace de travail désigné que vous pouvez quitter ou «fermer» à la fin de la journée.
  • Concentrez-vous sur ce que vous * pouvez * contrôler, pas sur ce que vous ne pouvez pas.
  • Demander de l’aide. Communiquez avec vos collègues et autres enseignants. Ne vous sentez pas obligé de tout faire vous-même!
  • Récompensez-vous à la fin de la journée! Terminez la journée avec quelque chose juste pour vous: peut-être faire de l’exercice, un micro-onde s’y ajoute, regarder une émission sur Netflix ou tout ce qui fait flotter votre bateau. Ayez quelque chose à espérer une fois la journée de travail terminée.Prendre soin de soi est important!
  • Plus important encore: soyez gentil avec vous-même. Accordez-vous une mesure de grâce et ne comparez pas votre «meilleur» à celui de quelqu’un d’autre. Vous n’êtes pas un échec parce que ce qui fonctionne pour quelqu’un d’autre ne fonctionne pas pour vous. Trouvez votre foulée et soyez propriétaire.

Quelles seraient vos meilleures compétences qui pourraient être partagées avec vos collègues ou futurs enseignants?  

C’est une question difficile pour moi. Je pense que les compétences dont je suis fière fonctionnent pour moi dans mes classes, mais cela ne signifie pas qu’un ensemble de compétences ou une approche différente ne serait pas aussi efficace. Je ne pense pas qu’il y ait une seule «bonne façon» de faire ce travail. Pour moi, j’essaie de ne jamais perdre de vue pourquoi j’ai choisi cela comme ma carrière en premier lieu – je pense que lorsque mes étudiants peuvent voir mon enthousiasme et ma passion pour l’apprentissage, ils commencent inévitablement à trouver les leurs. Je me fais un devoir de vraiment connaître mes élèves en tant qu’individus et de les faire se sentir «vus» – je commence chaque cours en me tenant dans le couloir et en saluant chacun de mes étudiants à mesure qu’ils entrent dans ma classe. J’essaie de découvrir qui ils sont et connaître leurs intérêts, leurs cultures et leurs idées par rapport aux activités que nous faisons en classe. Je préfère diriger plutôt que faire des conférences et j’essaie de leur montrer que même les enseignants peuvent faire des erreurs. C’est comme ça que nous apprenons! Plus que tout, j’essaie d’aider les élèves à établir des liens en dehors de la salle de classe afin qu’ils comprennent que les compétences que nous leur enseignons s’appliquent à tant de facettes de leur vie quotidienne. La pensée critique va bien au-delà d’une nouvelle étude ou d’un essai.

Quel est votre passe-temps favori? 

En ce moment? Manger probablement. (Ha! Ha!) En toute sincérité, j’adore lire et je passe beaucoup de temps dans ma cuisine à faire à manger. J’ai toujours aimé écrire, c’est pourquoi j’ai créé mon blog en premier lieu. J’écris dans ce blog sous une forme ou une autre depuis plus de 13 ans.

La citation préférée de Heidi est: « Et la lune m’a dit: » Ma fille chérie, tu n’as pas besoin d’être entière pour briller.  » – Nichole McElhaney

Merci Heidi!

Restez à la maison, veillez à votre sécurité!

IB 🙂
Fondatrice de Mind Growth Education